Le hameau de Ribeyre possède de toute évidence une histoire très ancienne. L’étymologie du mot Ribeyre en occitan renvoi à une localisation en bord de rivière. Par ailleurs dans l’occitan auvergnat, Ribeyre désigne « une dépression allongée, bien circonscrite entre des plateaux ou massifs, abritée, joignant des terres cultivables de fond de vallée et des versants : il n’y a pas de Ribeyre si le versant est rocheux et incultivable ».

Ces descriptions représentent assez bien la situation géographique de notre Ribeyre : un hameau situé sur le flanc ensoleillé d’un vallon parcouru par un petit ruisseau. Les anciens avaient sans doute trouvé ici une situation abritée avec une ressource en eau abondante.

Les quelques dix maisons que compte le hameau actuellement, sont datées du XVIIIème ou du XIXème siècle. L’occupation y est très probablement bien plus ancienne et une église, aujourd’hui disparue, est mentionnée dans des textes du Moyen Age.

Lors de nos différents travaux, nous avons découvert sous les crépis de belles pierres taillées chanfreinées qui ont été incorporés au sein des murs comme simples matériaux de construction. S’agit-il de pierres issues des ruines du château fort de Puy Boson (Peybouzou sur les panneaux de randonnée) qui se dressait jusqu’au XIIIème siècle au-dessus de la plaine de Cordéac ? De ce château fort il ne reste aujourd’hui que la motte castrale et quelques fondations.

Ruines du château fort de Puy Boson (Peybouzou - Cordéac)

 

Une autre découverte, à l’occasion des travaux de terrassement pour la création du filtre à roseaux, est un indice d’une occupation ancienne des lieux : un douzain en billon (bronze argenté), pièce de monnaie de l’époque d’Henri III, qui a refait surface dans le jardin.

Douzain en billon, CordéacDouzain en billon, Cordéac

La pièce porte sur la face avec la croix le texte « SIT NOMEN DNI BENEDICTUS » (que le nom du seigneur soit béni).

L’autre face avec l’écusson à fleurs de lis avec un « H » de chaque coté surmonté d’une couronne porte le texte, très abîmé « HENRICVS III FRANC et POL REX » (Henri III roi des Francs et des Polonais).

Voir ici un exemplaire en meilleur état de conservation.

Cette pièce aurait été frappée aux alentours de 1575, peut être à Lyon.

 

Notre maison comporte deux belles sculptures réalisées en 1842 par F. Garcin le propriétaire de l’époque : la lune et le loup, avec la mention RSP (rien sans peine).

 Sculpture de LoupSculpture de lune "Rien sans peine" 

Comme pour de nombreuses maisons du Trièves, un four à pain privatif, en plus du four à pain banal, se situe dans le jardin.

Four à pain